En quoi consiste le métier de Business Manager ?

28 février 2018

Un rôle d’intrapreneur au sein de Quanteam

Chez Quanteam, cabinet de conseil spécialisé en finance, les Business Managers ont un rôle clé dans l’organisation. Véritable « intra-preneur », le Business Manager gère son périmètre en toute autonomie, en définissant son propre business plan et en recrutant ses collaborateurs. Il doit fidéliser ses clients, fédérer ses équipes et développer la carrière de ses consultants.
Un métier challengeant, formateur et diversifié sur lequel nous revenons dans cette interview.

Moez, Business Manager chez Quanteam depuis 3 ans, nous parle de son métier et de ses spécificités au sein de Quanteam.

 

Quelle est ta formation et quand as-tu commencé à travailler chez Quanteam ?

Après un Master en École d’Ingénieur en modélisation mathématique et mécanique et une spécialisation en finance dans le cadre d’un mastère spécialisé, j’ai rejoint Quanteam en décembre 2010 en tant que consultant. Je suis intervenu sur plusieurs projets au sein de la Direction des Risques de CACIB puis j’ai quitté Quanteam en 2014 pour travailler en interne, au sein d’une Banque d’Investissement. En 2015, on m’a proposé de devenir Business Manager et j’ai saisi cette opportunité puisque j’avais déjà exprimé ce souhait lors de mes premières années au sein de Quanteam en tant que consultant.

Moez Arfa

Pourquoi as-tu souhaité t’orienter vers un poste de Business Manager ? Connaissais-tu déjà ce métier ?

Après plusieurs années en tant que consultant, je suis passé Consultant Référent. Ce rôle m’a permis d’avoir une vision de « développement business » et de coach en plus de mon métier de consultant. Ces deux aspects m’ont donné envie de m’orienter vers un poste de Business Manager.
La vision entrepreneuriale du métier de Business Manager et la notion de challenge associée ont été l’une de mes premières motivations : en tant que BM, nous gérons notre « petite entreprise » constituée d’un périmètre client et d’une équipe à fédérer et à faire grandir. Néanmoins, c’est avant tout le côté humain qui me plaît et c’est une dimension qui est au cœur du métier de Business Manager. Les relations humaines sont très fortes, que ce soit côté client pour la partie développement de l’activité et fidélisation mais aussi côté consultant car nous accompagnons chacun de nos consultants dans leur évolution professionnelle et nous devons fédérer nos équipes.

Pour finir, le métier de BM est très enrichissant car il m’a permis de développer d’autres compétences que celles que j’avais pu acquérir pendant ma formation comme des compétences managériales, de développement commercial et de ressources humaines.

 

Quelles sont les difficultés que tu as pu rencontrer en commençant en tant que Business Manager Junior ?

Le fait d’avoir été consultant avant m’a permis, je pense, de mieux comprendre les problématiques du métier de Business Manager.

En revanche, la difficulté principale lorsque j’ai commencé en tant que Business Manager a été la définition des objectifs. En effet, lorsque j’étais consultant, les objectifs fixés étaient uniquement de type qualitatif (comme, par exemple, se former sur certains process ou se familiariser avec un certain nombre de réglementations). Le métier de BM, quant à lui, possède à la fois des objectifs qualitatifs et quantitatifs. Cette nouvelle dimension a été difficile à appréhender au départ.

Les relations humaines étant au centre du métier, j’ai rencontré des difficultés liées à cette nouvelle dimension. Ces problématiques sont arrivées au fur et à mesure et il m’a fallu apprendre à les gérer (consultant non épanoui sur un sujet, problèmes d’affinités, démission…). Pour cela, j’ai été coaché par un BM Senior qui m’a fait partager son expérience aussi bien sur la partie développement commercial que dans la gestion des conflits. Enfin, les équipes des Ressources Humaines soutiennent également les BMs en nous accompagnant sur certains aspects comme les bilans annuels.

 

Aujourd’hui, quelle est la taille du périmètre sur lequel tu travailles ? De combien de personnes ton équipe est-elle composée ?

Aujourd’hui, j’ai un périmètre orienté métier et composé de trois grands comptes principaux mais mon périmètre a évolué tout au long de ma carrière. En effet, les comptes qui m’étaient attribués au début, hormis les principaux, ne sont plus les mêmes aujourd’hui. Ma formation m’a sûrement amené à me tourner principalement vers des problématiques métiers mais celles sur lesquelles je travaille aujourd’hui sont tout à fait différentes de celles auxquelles j’avais été confronté en tant que consultant. Quant à mon équipe, elle est constituée d’une trentaine de consultants et de deux Business Managers Junior.

 

Quelqu’un ne connaissant pas le secteur de la Finance ou de l’IT peut-il quand même devenir Business Manager ?

Tout à fait, ce poste reste accessible ! Le fait d’avoir eu une formation en finance et une expérience en tant que consultant m’a permis de mieux échanger avec les clients et d’avoir une approche tournée vers le conseil. Mais tout s’apprend !

Personnellement, quand j’ai commencé à travailler avec les Directions Financières, j’ai dû faire un effort d’apprentissage afin de bien comprendre toutes les spécificités, par exemple liées à IFRS 9 ou aux reportings réglementaires. Je me suis formé sur le cash management et la monétique en sollicitant des consultants experts en interne.

 

Peux-tu nous décrire la semaine type d’un Business Manager chez Quanteam ?

Le propre de ce métier est bien qu’il n’y a pas de semaine type. Nous avons des semaines denses mais il n’y a pas de routine car nous sommes constamment confrontés à de l’inattendu. Les journées ressemblent davantage à celles d’un chef d’entreprise plutôt qu’à celles d’un salarié au sein d’une banque par exemple.

En revanche, nous avons tout de même des objectifs qui servent de fil rouge à l’organisation de nos semaines. Sur une semaine, nous allons :

  • Faire passer des entretiens à des candidats,
  • Voir nos clients lors de réunions, cafés ou déjeuners,
  • Organiser des soutenances entre les consultants de nos équipes et nos clients,
  • Répondre à des appels d’offres,
  • Réaliser un suivi opérationnel de notre activité en étant par exemple amener à gérer des problèmes non anticipés tels que des arrêts maladies ou autre.

 

D’après-toi, quelles sont les qualités essentielles pour devenir Business Manager ?

Je pense que la qualité primordiale est d’avoir un bon relationnel. La rigueur et la ténacité sont aussi des qualités importantes. Nous avons un métier exigeant et il faut donc de la rigueur dans le suivi opérationnel de notre équipe et des besoins de nos clients.

 

Un mot de conclusion ?

Pour moi devenir Business Manager a été un pari réussi ! J’évoluais dans un certain confort en tant que consultant et j’ai pris le risque de changer de métier. Aujourd’hui, je suis très épanoui dans mon rôle de BM car il offre un panel de compétences et une diversité de projets qui ne me seraient pas proposé dans d’autres métiers.

 

Moez, Business Manager chez Quanteam